Frère Riquet et Victorine

Publié le par SklabeZ

Pour Un mot. Une image. Une citation 

À la rentrée des classes en huitième, l’équivalent du CM1 je crois, il avait planté le décor. Il ne tolérerait ni débordement ni indiscipline et, pour étayer ses dires, il nous exhibe sa longue canne de bambou : « Je vous présente Victorine, ma fidèle badine. Pour elle, une seule devise : Fouettez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens »

Dès le départ, l’ambiance était plombée ! Frère Riquet n’avait pas l’humeur badine et ce n’était vraiment pas ce qu'on peut appeler un comique.
 
Après ce premier accueil glacial, nous avons par la suite appris à surmonter nos frayeurs et de petits chahuts avaient rapidement commencé à poindre. Mais gare à celui qui se faisait prendre alors, il tâtait immanquablement de Victorine. Qu'importe ! Ce ne sont pas quelques sévices corporels ni les nombreuses bulles qu'il nous attribuait en guise de notes qui allaient entamer notre détermination. 

 

Ce jour-là, sur la pointe des pieds et bras tendu, il commence à écrire tout en haut du tableau. Sa soutane noire, saupoudrée de poussière de craie, se relève légèrement laissant apercevoir un spectacle qui déclenche des gloussements dans la classe. Des chaussettes en accordéon et pleines de trous surmontaient ses chaussures noires à large semelle débordante. Des chaussures qui nous faisaient penser à des autos tamponneuses avec leur bourrelet de protection. 



D’étouffés les rires deviennent nettement perceptibles. Saisissant Victorine il se retourne brusquement et commence à gesticuler sur son estrade, faisant de larges moulinets de sa grande baguette de bambou. 

 

Malgré les menaces, nous n’avons d’yeux que pour le grand crucifix accroché au-dessus du tableau. Deux fois déjà, il avait réussi à le faire tomber par le passé. 
Bingo, ça n’a pas manqué ! 

Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi … et Jésus tombe pour la troisième fois. 

 

Jamais Dieu sans croix !

Publié dans Plumier & encrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Teb 01/12/2012 22:35


Hi Hi...


Ton histoire me fait penser à ces pubs actuelles qui mettent en scène des gens "sérieux" avec des lunettes ridicules ;-)))


Rhooooo... qu'est ce que les gamins devaient être contents....


Tiens, ça me rappelle cette prof d'histoire de ma jeunesse, à l'Ecole Normale... Elle était très vieux jeu, très sévère (mais très bonne prof et respectée !!!). Je la revois encore dans ses
tailleurs à mi mollet... Ce jour là, lorsque la sonnerie de fin des cours a retenti, nous avons toutes rangé nos affaires, alors qu'elle n'avait pas tout à fait fini son cours...


Elle s'est alors écrié...


 "mesdemoiselles, restez assises... Vous saurez que, ici, la cloche... c'est moi !!!! "


Je ne sais plus comment nous avons réagi, mais je m'en souviens encore, 40 ans après....


Bon dimanche .....

SklabeZ 02/12/2012 00:30



Le temps passe et certains événements restent bien présents en mémoire. Ce sont souvent les plus marrants (avec du recul) et ça fait plaisir de les revivre.


J'aurais bien aimé la connaître cette prof d'histoire, tiens !  


Bon dimanche, Teb !



gballand 01/12/2012 21:38


Ah, une belle tranche de vie ;)

SklabeZ 02/12/2012 00:17



Belle tranche de vie, mais à l'époque, on ne pouvait pas dire qu'on s'en payait une tranche 



mansfield 29/11/2012 17:46


On assiste au spectacle comme des gamins frippons et ce curé est vraiment haut en couleurs!

SklabeZ 30/11/2012 00:58



Un frère, Mansfield, un frère avec son rabat blanc, bien plus sadique que les curés 



telophase 29/11/2012 15:53


Texte tout à fait succulent! 

SklabeZ 30/11/2012 00:56



Succulent pour qui n'y était pas , quoique, maintenant avec un peu de recul ...